Eugène Onéguine par Götz Friedrich - Critiques - Ôlyrix